Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

- Né d'aucune femme de Franck Bouysse

né-daucune-femme-livre-franck-bouysse
Né d'aucune femme de Franck Bouysse

La quatrième de couv'

"Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d’une femme à l’asile.
— Et alors, qu'y-a-t-il d’extraordinaire à cela ? demandai-je.
— Sous sa robe, c’est là que je les ai cachés.
— De quoi parlez-vous ?
— Les cahiers… Ceux de Rose."
Ainsi sortent de l’ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquels elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin.
Franck Bouysse, lauréat de plus de dix prix littéraires, nous offre avec 'Né d’aucune femme' la plus vibrante de ses oeuvres.
Ce roman sensible et poignant confirme son immense talent à conter les failles et les grandeurs de l’âme humaine.

Mon avis : J'ai dévoré ce roman pourtant pas très gai mais franchement prenant, très bien écrit, où l'humain est brut de décoffrage, l'histoire bien construite, rude mais pleine de sensibilité. Elle nous fait vibrer, nous émeut et nous bouscule. Les personnages semblent réels tant ils sont humains ou justement inhumains... dans leur jus... On est embarqué, impossible d'y être insensible... C'est fort, tout ce que j'aime!

- L'espionne Paulo Coelho 

l-espionne-livre-paulo-coelho
L'espionne de Paulo Coelho

La quatrième de couv' :

L'histoire de la célèbre aventurière Mata Hari, fusillée à Vincennes en 1917 pour espionnage et trahison, par le biais d'une série de lettres écrites à son avocat depuis la prison de Saint-Lazare.
Arrivée à Paris sans un sou en poche, Mata Hari s’impose rapidement comme une danseuse vedette du début du XXe siècle. Insaisissable et indépendante, elle séduit le public, ensorcelle les hommes les plus riches et les plus puissants de l’époque. Mais son mode de vie flamboyant fait scandale et attire bientôt les soupçons tandis que la paranoïa s’empare du pays en guerre. Arrêtée en 1917 dans sa chambre d’hôtel sur les Champs-Élysées, elle est accusée d’espionnage.
En faisant entendre la voix de Mata Hari, Paulo Coelho nous conte l’histoire inoubliable d’une femme qui paya de sa vie son goût pour la liberté.

Mon avis : Un destin, des choix, le prix de la liberté d'une femme du début du siècle dernier... Son audace, ses ambitions mais aussi son courage pour être libre et indépendante... Une vie incroyable, des mystères et un tempérament fougueux très bien décrits et racontés par Paulo Coelho toujours en finesse. Ce roman m'a même laissée un peu frustrée... avec une envie d'avoir plus de détails sur ses relations avec les hauts dignitaires français, allemands, son rôle et les enjeux en pleine guerre... Mais le mystère fait partie du mythe Mata Hari...

- La fille qui venait du pays disparu de Saskia Hellmund

la-fille-qui-venait-du-pays-disparu-saskia-hellmund-livre
La fille qui venait du pays disparu de Saskia Hellmund

La quatrième de couv' :

Saskia Hellmund est née en 1974 en RDA. Elle a 15 ans quand les manifestants envahissent les rues de Leipzig et de Berlin pour faire tomber le régime socialiste. Elle a 16 ans quand la réunification des deux Allemagnes est scellée. Alors, son pays natal n'existe plus, elle n'a plus de patrie. Dans son récit autobiographique "La fille qui venait d'un pays disparu", Saskia Hellmund témoigne de cette époque trouble qui a forgé sa personnalité. Elle décrit son vécu et livre en même temps une analyse des événements historiques qui ont changé le coeur de l'Europe il y a tout juste 25 ans. Les manifestations contre le régime est-allemand, les dangers, les incertitudes, les bouleversements pour la population, les conséquences de la réunification pour l'Allemagne de l'Est... l'analyse des faits historiques dévoile une autre vision de la fin de la Guerre froide, jusqu'alors inconnue en France. La Chute du Mur a été un moment de grande émotion, mais également un choc pour les Allemands de l'Est. Devoir s'adapter du jour au lendemain à une autre façon de vivre, à d'autres valeurs et exigences, faire face aux fléaux de la société actuelle comme l'insécurité et le chômage : la nouvelle liberté acquise a eu une face cachée. Perdre son pays, ses habitudes et voir dévaloriser ses origines ont été des expériences traumatisantes. Saskia Hellmund est historienne de formation et a enseigné à la Sorbonne. Actuellement, elle travaille comme guide touristique en Bretagne.

Mon avis : Enfin, le témoignage d'une fille de l'est de notre génération. Le récit, vu de l'intérieur, de la chute du mur mais surtout de leurs repères, des bouleversements qui en ont découlé et du changement radical dans la vie d'enfants, d'ados et d'adultes de l'Allemagne de l'est. Saskia Hellmund nous raconte sur un ton franc, sans filtre qui semble tellement juste les bons et mauvais côtés de ce tournant historique et comment tout a basculé. Tout ce qui existait avant, ce que cela représentait pour chacun, tout ce qui a été anéanti, tout ce qui a dû être reconstruit ou oublié... Tout ce qui n'est plus rien, finalement... Et l'effet que cela peut faire d'être d'un pays qui n'existe plus. La perte, le traumatisme, l'adaptation malgré eux. Et nous... complètement à l'ouest de tout ça!

Frustrée que ce livre ne comporte que 77 pages pourtant denses et efficaces... J'ai été choquée, bouleversée et un peu honteuse d'avoir été aussi loin de comprendre toutes ces facettes. Une claque!

Pour l'anecdote, l'auteure explique qu'il était impossible d'écrire ce témoignage dans sa langue natale, en allemand car on ne peut toujours pas de montrer les côtés positifs, malgré tout, de ce pays d'avant... C'est inimaginable. En effet, j'ai beaucoup cherché des témoignages sur ce sujet, j'ai eu beaucoup de difficultés à trouver ce livre. On ne me présentait que des livres politiques, économiques... écrits par des journalistes mais pas de témoignage... "Non, on n'a pas ça..." me répondait-on sans cesse dans les librairies... Cela en dit long... Il faudra plusieurs générations pour permettre peut-être d'aborder ce sujet vu de l'intérieur sans tabou.

- Eldorado de Laurent Gaudé

eldorado-laurent-gaudé-livre
Eldorado de Laurent Gaudé

La quatrième de couv' :

À Catane, le commandant Salvatore Piracci travaille à la surveillance des frontières maritimes. Il sillonne la mer, de la Sicile à la petite île de Lampedusa, pour intercepter les bateaux chargés d'émigrés clandestins. Un jour, c'est justement une survivante de l'un de ces bateaux de la mort qui aborde le commandant, et cette rencontre va bouleverser sa vie.
Ce roman de l'exil et de l'espoir illustre le destin de ceux qui iront, quoi qu'il arrive, au bout de leurs forces, tant il est vrai que "les hommes ne sont beaux que des décisions qu'ils prennent".

Mon avis : Ce roman de 2007, très bien écrit pas Laurent Gaudé qui sait si bien créer une ambiance, donner du relief et éveiller tant les sens que les émotions, est malheureusement encore trop actuel. On parle de ces vagues de migrants vers le sud de l'Italie, migrants, ceux de l'époque ou ceux d'aujourd'hui... Tous dans un même bateau.

Mais Laurent Gaudé nous fait vivre ces cas de conscience, ces drames et ces enjeux dans le cœur d'une femme meurtrie, à travers une rencontre, un regard et une décision... A travers le sauvetage du commandant du bateau de surveillance qui récupère ces clandestins... Un commandant à bout, qui ne sait plus comment se sauver lui-même... ça sent la mer, le poisson, le sel, les plaies ouvertes, la survie, la lutte, l'espoir et le désespoir... On sent le poids de la surcharge d'un bateau, l'horreur du délestage et la force de la vie aussi. Les questions de vie ou de mort, de droit, la culpabilité, la destinée, le devoir ou la rébellion sont ici traitées avec beaucoup d'humanité, à travers ses paradoxes, ses failles... Le ton est juste, le trait fin, les personnages terriblement humain et l'histoire forte et trop réelle.

- Le plus petit baiser jamais recensé de Mathias Malzieu

le-plus-petit-baiser-jamais-recensé-mathias-malzieu-livre
Le plus petit baiser jamais recensé de Mathias Malzieu

La quatrième de couv' :

Un inventeur-dépressif rencontre une fille qui disparait quand on l'embrasse. Alors qu'ils échangent le plus petit baiser jamais recensé, elle se volatilise d'un coup. Aidé par un détective à la retraite et un perroquet hors du commun, l'inventeur se lance alors à la recherche de celle qui "fait pousser des roses dans le trou d'obus qui lui sert de cœur". Ces deux grands brûlés de l'amour sauront-ils affronter leurs peurs pour vivre leur histoire ?
Le plus petit baiser jamais recensé est un vrai faux polar romantique. Suite métaphorique de La mécanique du cœur, ce roman teinté de mélancolie regorge de gourmandise explosive. Comme si Amélie Poulain dansait le rock'n'roll et croisait le Petit Prince avec un verre de whisky.

Mon avis : Un gros coup de cœur pour ce livre plein de fantaisie, de poésie, avec un vrai brin de folie qui nous embarque au pays merveilleux de Mathias Malzieu ce créatif, poète, rêveur que j'adore! Il écrit avec le cœur, décrit avec les sens, apporte un fond très bien vu dans une forme si jolie... Tout ce que j'aime! Je me suis laissée embarquée dans son histoire comme une enfant et je me suis régalée de cette friandise qui fait tellement de bien en ce moment! ;-) Foncez, c'est doux, magique, bon!

- Petite de Sarah Gysler

petite-sarah-gysler-livre
Petite de Sarah Gysler

La quatrième de couv' :

« Je suis née au milieu des années nonante dans une famille décomposée. On était de ces enfants qui grandissent avec une clef autour du cou, connaissent les numéros d’urgence par cœur et savent faire cuire des pâtes avant même d’être en mesure d’atteindre les casseroles. Petite, on a tenté de m’expliquer que j’avais des « origines » par ma mère et un père qui ne peut plus courir parce qu’il a trop travaillé. En classe, j’écoutais des professeurs désabusés me raconter comment réussir ma vie. Plus tard, on m’a dit que je travaillerai dans un bureau parce que c’est ce qu’il y avait de mieux pour moi, qu’assez vite j’aurai un mari, une maison, puis des enfants, qui verront le jour presque par nécessité. À vingt ans, j’ai arrêté d’écouter les gens et je suis partie. Seule, en stop et sans un sou en poche. J’ai traversé l’Europe jusqu’au Cap Nord, sans autre but que de ne pas pourrir chez moi. On peut dire que j’ai fui. C’était mon premier grand voyage. Dans ce livre, j’ai voulu raconter mes errances, mes chutes et comment la route m’a sauvée. » S. G.
Ce livre est un roman d’apprentissage foudroyant, celui d’une petite fille qui transforme sa colère en odyssée. Avec humour et tendresse, la jeune globe-trotteuse raconte les tourments de l’enfance, son dégoût d’une société uniformisée, mais aussi son irrésistible soif d’être libre qui la pousse à dépasser ses peurs.

Mon avis : Mais quel talent cette si jeune femme! Pourtant, quelle maturité, quel regard sur le monde!  Wahou! Cela en est presque gênant... On aimerait presque qu'elle soit plus naïve sur la vie... Sarah Gysler écrit très bien, il y a beaucoup de fond et une très jolie forme. Elle sait ce qu'elle veut, elle assume ses choix avec courage et suit son cœur avec audace. J'ai aimé, vibré, j'ai dévoré ce roman, j'ai admiré cette jeune écrivain tant pour son talent que pour son tempérament !

 

- Fugitive parce que reine de Violaine Huisman

fugitive-parce-que-reine-violaine-huisman-livre
Fugitive parce que reine de Violaine Huisman

La quatrième de couv' :

"Maman était une force de la nature et elle avait une patience très limitée pour les jérémiades de gamines douillettes. Nos plaies, elle les désinfectait à l'alcool à 90°, le Mercurochrome apparemment était pour les enfants gâtés. Et puis il y avait l'éther, dans ce flacon d'un bleu céruléen comme la sphère vespérale. Cette couleur était la sienne, cette profondeur du bleu sombre où se perd le coup de poing lancé contre Dieu." Ce premier roman raconte l'amour inconditionnel liant une mère à ses filles, malgré ses fêlures et sa défaillance. Mais l'écriture poétique et sulfureuse de Violaine Huisman porte aussi la voix déchirante d'une femme, une femme avant tout, qui n'a jamais cessé d'affirmer son droit à une vie rêvée, à la liberté.

Mon avis : Comment Violaine Huisman parvient-elle a apporter une véritable lumière, beaucoup de tendresse, une analyse si fine... à apporter un fond percutant, une forme tellement bien dessinée au portrait de cette femme, sa mère qui brûle la vie par tous les bouts et néglige en fait l'essentiel...? Comment parvient-elle a nous faire passer par tant d'émotions, le dépit, la révolte, la compassion... sans y laisser sa plume...? On voudrait prendre tout le monde dans les bras, réécrire ce qui blesse, effacer la douleur, retoucher la violence, redonner une enfance douce à Violaine... car on ne peut comprendre cette mère, cette dépression, cette folie et l'excuser ou peut-être de sauver un peu de dignité comme elle le fait avec une dose d'espoir, tant de délicatesse finalement dans cette vie tellement brute... J'ai été bouleversée par ce livre qui m'a emportée comme une tempête, par cette écrivain et son style cru mais précis, efficace et élégant.

- J'incise de Christian Debry

j'incise-christian-debry-livre
J'incise de Christian Debry

La quatrième de couv' :

Que se passe-t-il dans la tête d’un chirurgien ? À quoi pense-t- il en entrant au bloc opératoire, ce lieu secret où se déroule chaque jour une bataille à l’issue toujours incertaine ? Comment gère-t-il le doute, la fatigue, la pression, mais aussi le sentiment de toute-puissance que lui procure l’adrénaline ? Qu’est-ce qui le fait tenir pendant toutes ces heures décisives, seul sous le masque, le bistouri à la main ?Avec ce livre où se croisent réalité crue et fiction, jamais un chirurgien n’avait été aussi loin dans la sincérité et l’introspection

Mon avis : C'est passionnant de voir le bloc opératoire, les états d'âmes, l'humanité, les inquiétudes, les failles d'un chirurgien qui se met nu sous sa blouse! ... Avec une grande humilité, Christian Debry raconte à quel point il est d'abord et simplement homme et nous fait endosser la blouse à ces côtés, on vit les opérations, on doute avec lui, on transpire et on vibre comme un chirurgien ! J'admire le style de ce livre qui semble écrit à la pointe du bistouri au rythme des battements du cœur, dans la veine d'un homme qui vit pour sauver ou réparer. 

 

- La disparition de Joseph Mengele d'Olivier Guez

la-disparition-de-joseph-mengele-olivier-guez-livre
La disparition de Joseph Mengele d'Olivier Guez

La quatrième de couv' :

1949: Josef Mengele arrive en Argentine.
Caché derrière divers pseudonymes, l’ancien médecin tortionnaire à Auschwitz croit pouvoir s’inventer une nouvelle vie à Buenos Aires. L’Argentine de Peron est bienveillante, le monde entier veut oublier les crimes nazis. Mais la traque reprend et le médecin SS doit s’enfuir au Paraguay puis au Brésil. Son errance de planque en planque, déguisé et rongé par l’angoisse, ne connaîtra plus de répit... jusqu’à sa mort mystérieuse sur une plage en 1979.
Comment le médecin SS a-t-il pu passer entre les mailles du filet, trente ans durant?
La Disparition de Josef Mengele est une plongée inouïe au coeur des ténèbres. Anciens nazis, agents du Mossad, femmes cupides et dictateurs d’opérette évoluent dans un monde corrompu par le fanatisme, la realpolitik, l’argent et l’ambition. Voici l’odyssée dantesque de Josef Mengele en Amérique du Sud. Le roman-vrai de sa cavale après-guerre.

Mon avis : Ce roman historique nous fait passer par bien des émotions. On vit la traque, on rage qu'il s'échappe encore une fois, on est halluciné qu'il y ait eu tant de protecteurs de pareils montres aussi après la guerre, on découvre de nombreux détails historiques tant intéressants que révoltants, le rôle de personnalités, de chefs d'état, de membres du gouvernement en Allemagne ou en Amérique du Sud. On ne parvient toujours pas à comprendre l'atrocité et on réalise que l'on aurait été prêts à dénoncer... 

- Les vertus de l'échec de Charles Pépin

les-vertus-de-l'echec-charles-pépin-livre
Les vertus de l'échec de Charles Pépin

La quatrième de couv' :

Et si nous changions de regard sur l'échec ?
En France, échouer est mal perçu. Nous y voyons une faiblesse, une faute, et non un gage d'audace et d'expérience.
Pourtant, les succès viennent rarement sans accroc. Charles de Gaulle, Rafael Nadal, Steve Jobs, Thomas Edison, J.K. Rowling ou Barbara ont tous essuyé des revers cuisants avant de s'accomplir.
Relisant leurs parcours et de nombreux autres à la lumière de Marc-Aurèle, Saint Paul, Nietzsche, Freud, Bachelard ou Sartre, cet essai nous apprend à réussir nos échecs.
Il nous montre comment chaque épreuve, parce qu'elle nous confronte au réel ou à notre désir profond, peut nous rendre plus lucide, plus combatif, plus vivant. Un petit traité de sagesse qui nous met sur la voie d'une authentique réussite.

Mon avis : On ne nous apprend pas à échouer et pourtant c'est une étape essentielle voire incontournable de tout apprentissage. Charles Pépin décrit de nombreux échecs et montrent l'importances qu'ils avaient pour obtenir le succès. Il nous prouve qu'il faut échouer car c'est même ce qui nous permet de réussir, preuves multiples, citations et anecdotes croustillantes à l'appui. Voir le bon côté, l'utilité même du pire dans notre société... Excellent! Une lecture positive, utile et enrichissante. Et ça, c'est bon!

- Sauve-toi la vie t'appelle de Boris Cyrulnik

La quatrième de couv' :

"Lors de ma première naissance, je n'étais pas là. Mon corps est venu au monde le 26 juillet 1937 à Bordeaux. On me l'a dit. Je suis bien obligé d'y croire puisque je n'en ai aucun souvenir.
Ma seconde naissance, elle, est en pleine mémoire. Une nuit, j'ai été arrêté par des hommes armés qui entouraient mon lit.
Ils venaient me chercher pour me mettre à mort. Mon histoire est née cette nuit là."
C'est cette histoire bouleversante que Boris Cyrulnik nous raconte pour la première fois en détail dans ce livre où l'émotion du survivant se conjugue au talent de l'écrivain, où le récit tragique se mêle à la construction de la mémoire, où l'évocation intime d'une enfance fracassée par la guerre exalte la volonté de surmonter le malheur et de répondre à l'appel de la vie.
Une histoire poignante, hors du commun, qui retentit profondément en chacun d'entre nous.

Mon avis : Quel destin, quelle leçon de vie, de courage, d'espoir, de résilience en fait!!! Boris Cyrulnik se sauve lui-même d'une façon incroyable et il a cette finesse, cette intelligence et cette générosité de créer de son histoire douloureuse et poignante une lumière impressionnante et l'envie de comprendre les mécanismes de la résilience pour pouvoir sauver les autres. J'ai un profond respect, une grande admiration et beaucoup d'intérêt pour cette histoire de vie, cet homme et sa générosité. J'ai aussi découvert beaucoup de détails de la vie de cette époque, la fête que l'on faisait à tout prix et partout juste après la guerre, l'élan créatif et artistique retrouvé, la vie d'un enfant impliqué si jeune dans politique, les responsabilités, l'avis que les enfants devaient déjà avoir sur ces sujets qui ne semblent pas à leur hauteur, les choix qu'ils doivent faire seuls et ceux qu'ils subissent malgré eux... Cet enfant se débrouille dans le vrai sens du terme, il comprend vite ce qu'il faut dire ou pas pour sauver sa vie... Bouleversant! On ne sort pas indemne, on sort grandi et forcément humble d'une telle lecture. 

- Petit Pays de Gaël Faye

La quatrième de couv' :

En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite sœur, Ana, dans un confortable quartier d’expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien paisible, une enfance douce qui vont se disloquer en même temps que ce « petit pays » d’Afrique brutalement malmené par l’Histoire.
Gabriel voit avec inquiétude ses parents se séparer, puis la guerre civile se profiler, suivie du drame rwandais. Le quartier est bouleversé. Par vagues successives, la violence l’envahit, l’imprègne, et tout bascule. Gabriel se croyait un enfant, il va se découvrir métis, Tutsi, Français… A
vec un rare sens du romanesque, Gaël Faye évoque les tourments et les interrogations d’un enfant pris dans une Histoire qui le fait grandir plus vite que prévu. Nourri d’un drame que l’auteur connaît bien, un premier roman d’une ampleur exceptionnelle, parcouru d’ombres et de lumière, de tragique et d’humour, de personnages qui tentent de survivre à la tragédie.

Mon avis : Gaël Faye m'a embarquée, j'étais enfant au Burundi avec lui et ses copains, j'étais dans l'insouciance, je jouais et je provoquais... je sentais le sable, je voyais ce décor et je respirais ces odeurs, je tremblais ensuite, j'ai voulu comme lui rester enfant, ne pas voir, ne pas y croire... Quel talent, quel écriture, quelle claque, quel destin ! Ce livre est un incontournable, une pépite qui ne peut pas laisser indifférent ! Adaptation cinéma en vue d'ailleurs....

Bonne lecture les amis !

Et vous? C'est quoi vos best lectures de l'année?

Tag(s) : #Petites Lectures à partager

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :